Robuste et imperméable, votre couverture de toit doit pouvoir résister au vent et au gel ainsi qu’au feu ou aux UV. Ardoise, tuile, zinc, il existe différents types de revêtements de toiture. Comment faire le bon choix parmi tous les matériaux à disposition ? Découvrez notre comparatif complet des principaux revêtements de toiture et leur coût au m2. Spécialisée dans la réalisation de travaux de toiture, A.L. Toiture est l’entreprise la mieux placée pour vous guider et vous accompagner dans votre projet de rénovation de toiture !

La tuile en terre cuite : un revêtement de toiture traditionnel

Matériau de couverture couramment utilisé, la tuile en terre cuite est écologique, résistante au gel et imputrescible. C’est donc un matériau durable dont la longévité est estimée à environ 50 ans. Naturelle, elle est composée à 100 % d’argile. Sur le plan esthétique, elle se décline dans diverses formes et dimensions (tuile canal, tuile plate, tuile à emboîtement, …) et dans différents coloris (orange, flammée, rouge bordeaux, …) :

  • La tuile canal est particulièrement adaptée aux régions ensoleillées et aux toits peu pentus.
  • La tuile plate est la solution idéale en cas de toits complexes (ogives, tourelles, …) ou en pentes.
  • La tuile à emboîtement offre quant à elle une excellente résistance au vent.
  • Côté inconvénients, ce matériau lourd résiste mal aux chocs et nécessite en général un isolant intérieur pour garantir une isolation optimale de la maison et réduire les déperditions thermiques. Le prix moyen des tuiles en terre cuite au m2 peut varier de 60 à 80 euros.

Il est recommandé de soumettre un toit en terre cuite à une inspection annuelle. L’augmentation des intempéries et notamment des phénomènes extrêmes tels que les pluies violentes et les tempêtes rendent ces vérifications particulièrement incontournables.

L’ardoise naturelle : l’atout charme pour votre toiture

Durable, incombustible et imperméable, l’ardoise est résistante à la mousse et peut épouser tout type de toiture quelle que soit la forme de cette dernière. Sa longévité est particulièrement exceptionnelle puisqu’on l’estime à une période comprise entre 75 et 150 ans. Recyclable, elle permet également de bénéficier d’une bonne isolation thermique. Esthétique, sa teinte oscillant entre le noir et le noir bleuté confère charme et élégance aux toits des maisons traditionnelles. De plus, l’ardoise se décline sous différentes formes :

  • La rectangulaire
  • La carrée
  • La losange
  • La ronde, également surnommée « en écaille »
  • L’ogive
  • Elle est tout spécialement utilisée dans les régions de Bretagne et d’Anjou, du fait de leur richesse en schiste ardoisier. Les inconvénients de cette pierre naturelle se limitent au risque de rouille dû à la présence de fer à l’intérieur. Le prix moyen de l’ardoise naturelle au m2 peut varier de 100 à 140 euros.

Malgré la bonne résistance de ce matériau au passage du temps, certains morceaux d’ardoises peuvent se casser ou s’effriter. Il est donc nécessaire de faire régulièrement contrôler une toiture en ardoise naturelle : tous les 5 ans pour une toiture de plus de 30 ans et tous les 10 ans pour une toiture de 10 à 30 ans. Certains signes peuvent alerter et indiquer la nécessité de procéder à des travaux de rénovation de couverture : humidité, ardoise qui blanchit, crochets usés ou oxydés, …

Le zinc : une remise à neuf de toiture très contemporaine

C’est le métal qui recouvre la majorité des toits parisiens ! Etanche et résistant, le zinc est facile à entretenir et offre une bonne isolation phonique et thermique. Léger, il peut s’adapter à tout type de pentes de toit et à n’importe quel style architectural, du toit plat à 5 % jusqu’au bardage à la verticale ! Malléable, il épouse sans difficulté toutes les formes de toiture, des plus simples aux plus complexes :

  • Angle droit
  • Pan coupé
  • Courbure simple ou double
  • Formes concaves ou complexes
  • Arrondi
  • Aucun risque de prolifération de mousse ou de lichens avec ce revêtement contemporain ! Il bénéficie en général d’une bonne longévité, celle-ci pouvant être comprise entre 30 et 100 ans en fonction de l’environnement. En effet, les pollutions sulfureuses ont souvent pour effet d’endommager ce type de métal. Résistant à la corrosion, il a également tendance à ternir avec le temps car, au bout de quelques mois, il produit une patine protectrice recouvrant sa brillance initiale par une couche d’oxyde de zinc blanchâtre. Côté esthétique, ses reflets bleutés offrent un rendu très agréable. Le prix moyen du zinc au m2 peut varier de 30 à 60 euros.

La toiture en zinc doit être inspectée une fois par an par un professionnel. Ce dernier pourra ainsi surveiller les segments ou points de toiture qui sont particulièrement vulnérables ou repérer ceux qui auraient besoin d’être repris ponctuellement. Une remise à neuf de toiture peut être nécessaire lorsque certains signes apparaissent : ondulations, coulures vertes, traces d’infiltrations blanches ou noires sur la charpente, …